[Ubuntu-QC] Libre et liberté

Philippe Marchand snowrnnr at gmail.com
Lun 4 Mai 23:27:36 BST 2009


>
> Attention à la sursimplification.  Les motivations des individus qui
> s'impliquent dans le monde du libre sont *très* rarement strictement
> éthique ou strictement pratique: le plus souvent, les deux aspects
> coexistent et occupent une importance variable.  Il faut faire attention
> au silos idéologiques: ils ne représente pas bien la réalité du terrain,
> qui est généralement plus nuancée.
>


Il existe un conflit considérable entre ces deux tendances. Il y a d'énorme
débat qui se font autour du choix des licences lors du développement de
projet, qui se résume souvent à la question de la "clause virale" du GPL. Je
ne crois pas qu'il s'agit d'une "sursimplification" de parler de ces deux
movements. Est-ce que ça veut dire que comme individu tu ne peux pas
rechercher efficacité et être promoteur de la liberté? Je ne crois pas avoir
en aucun cas signifié cela. Mais pour certains, la priorité est d'un côté,
ou de l'autre, parfois c'est les deux, et ça varie d'un utilisateur à
l'autre, on a juste à regarder les propos des individus sur cette liste pour
s'en convaincre.


>
> D'ailleurs, je ne vois pas comment les deux motivations puissent être
> considérées antagonistes.


Effectivement, j'ai parlé de tendance, non de mouvement antagoniste. Comme
je l'ai mentionné, les deux mouvements ont collaborer beaucoup plus souvent
qu'ils se sont disputés. D'où pourquoi on parle du FOSS (Free / Open Source
Software).



> Finalement, si je peut me permettre une petite correction, le projet
> politique des logiciels libres n'est pas de "briser les restrictions dû
> aux droits d'auteur".  En fait, le droit d'auteur est un des mécanisme
> pour garantir la pérénnité légale des logiciels libres.
>
> Plusieurs essais de Richard Stallman, qui est fondateur du FSF sont
clairement une critique de la forme actuelle des droits d'auteurs. Le lien
que j'ai fourni dans le courriel précédant vous en convaincra. Par contre,
il a créé aussi une license (basé sur la loi des copyrights) pour assurer le
caractère libre. Est-ce là une contradiction? Je crois plutôt que c'est le
seul moyen qui existait de se protéger de cette même loi. Le premier à
déposé une invention, une oeuvre, ou encore du code au bureau des
brevets/droits d'auteur en devient le propriétaire. La mouvement du libre
n'a donc pas le choix de se servir cette même loi pour protéger ses
créations face à des possibles rivaux malveillants. Est-ce que cela empêche
de critiquer la forme actuelle des droits d'auteurs? Je ne crois pas.

Il y a un dernier petit point que j'aimerais préciser. Malgré qu'il existe
des divergeances d'opinions, je crois que les différents mouvements du libre
sont beaucoup plus complémentaires qu'autrement, et s'appuie mutuellement
les uns sur les autres. C'est cette diversité qui fait sa force. Je ne
cherche pas à mettre l'accent sur les dissentions, seulement à démontrer que
le débat a lieu depuis longtemps, mais en-même temps, il n'empêche en rien
de collaborer et d'être constructif. Je pense qu'on a tous à gagner à axé
sur ces derniers points.

Merci des commentaires, ça m'a permis d'éclaircir un peu mon propos.

Bonne soirée

Philippe Marchand
-------------- section suivante --------------
Une pièce jointe HTML a été nettoyée...
URL: https://lists.ubuntu.com/archives/ubuntu-quebec/attachments/20090504/2654a8ab/attachment.htm 


Plus d'informations sur la liste de diffusion Ubuntu-quebec