explication

Michel Andreu michelan at orange.fr
Lun 2 Mar 13:22:43 GMT 2009


spir a écrit :
> Le Mon, 02 Mar 2009 11:48:42 +0100,
> Michel Andreu <michelan at orange.fr> s'exprima ainsi:
>
>   
>>    1. J'en avais marre de toujours payer de nouvelles versions de Mac OS
>>       (de 6 à X et plus encore). Sans compter les mises à jour
>>       (payantes) des logiciels tiers pas toujours compatibles aux
>>       changements d'OS.
>>     
> [...]
>   
>> Et toujours librement et gratuitement.
>>     
> [...]
>   
>> Outre sa facilité d'utilisation et sa cohérence, Ubuntu, comme les 
>> autres distributions, est en permanence mis à jour. Alors pourquoi se 
>> priver et pourquoi vouloir continuer à enrichir Bill Gates et Steve 
>> Jobs, qui n'ont plus besoin de cela.
>>     
>
> C'est un argument respectable.
> J'ai un point de vue différent sur la question financière. Bien que je sois pauvre, ça ne me gêne pas de payer le *coût réel* des choses. C'est à dire l'investissement personnel de gens, disons pour simplifier leur temps. Je trouve ça normal, et j'essaie de le faire (par exemple on peut parfois acheter un pack distribution plutôt que télécharger).
> Les licences libres laissent cela libre, justement, pê pour cette raison. Et le monde du logiciel libre commence à générer une activité économique qui fait payer des services *réels*, comme l'installation, la formation, la maintenance.
>
> Cela s'oppose pour moi à la soi-disant propriété intellectuelle (*) ou pire au brevet qui consiste à payer au propriétaire des droits une *taxe*, un péage, pudiquement appelé "licence", qui n'a strictement rien à voir avec la création du service/produit.
>
> Denis
>
>   
Bien sûr, je ne suis pas contre rémunérer un travail, une idée, une 
réalisation, même bénévoles. Et il m'arrive de participer financièrement 
à un projet (OpenOffice, entr'autres), à la mesure de mes moyens, quand 
il y a une sollicitation expliquée et/ou justifiable.
Mais il  y a un monde entre l'attitude de passionnés ayant des besoins 
en matériel pour exprimer leurs idées (leur génie) et la démarche de 
grandes sociétés de l'informatique ayant perdu leur esprit d'origine, 
qui était semblable, et qui n'ont plus comme objet que "faire du fric" ; 
si l'informatique ne marchait plus, les mêmes vendraient des 
"cacahuétes" pour maintenir leurs revenus. C'est ça la différence. 
L'informatique n'est pas le seul domaine de cette sorte de marchands, 
loin s'en faut.
Le logiciel libre est un retour aux sources de l'intelligence, de la 
création et de l'échange. Qu'il serve d'exemple à d'autres voies de 
création, on s'en portera mieux.
Andreu






Plus d'informations sur la liste de diffusion ubuntu-fr