Fork [windaube et propos du même genre ...] Re: VMware server

Christophe Gallaire vitasp at free.fr
Jeu 14 Sep 08:34:28 BST 2006


Bonjour à tous,

Puisque Sun Wukong s'est fendu d'un petit pamphlet, ça mérite bien qu'on
lui réponde.

Pour ce qui des raisons qui nous font choisir Linux plutôt qu'un autre
système, il est à peu près certain que celles énumérées par Sun Wukong
sont à peu près communes à nombre d'utilisateurs, à savoir : Liberté,
Égalité, Fraternité, Sécurité et le néoligisme de SW «Épargne-té»... 

Certains sont certainement sous Linux du fait de leur formation,
d'autres, desquels il faut me compter, y sont parce qu'ils y étaient
déjà avant de s'en rendre compte : OSX = UNIX !

Alors bien entendu, l'argument financier est encore ici à prendre en
considération quand on connaît le coût d'un Mac. 

Mais je crois aussi que, comme beaucoup d'autres, ma "hargne", n'en
déplaise à ses défenseurs, est bien plus fondée qu'on a voulu le
prétendre jusqu'alors dans la discussion.

Évacuons tout d'abord la question technique de SW : oui, j'ai essayé de
faire tourner l'app. sous wine... et je ne suis pas le seul :
http://forum.ubuntu-fr.org/viewtopic.php?id=19104

Les raisons pour critiquer Microsoft sont fondamentales et pas tellement
subjectives (elles ne sont pas si personnelles que ça). Bien sûr les
quolibets (windaube, etc.) dont on affuble la maison Bill ne sont qu'une
expression épidermique, spontanée et quelque peu "sismique", à en juger
par les réactions de SW et Mat. Ils n'en restent pas moins fondés.

Comme beaucoup d'entre vous j’aime la technologie et il y a longtemps
que je suis tombé dedans - avec le Sinclair, en basic ! Et quand je vois
cette photo de DVD Jon, ça rappelle à mon bon souvenir mon ZX81 :
http://nanocrew.net/gallery/file/jlj_younghacker.jpg.  

Pour faire vite, je suis revenu à l'informatique (je passe sur les
tâtonnements avec les Amstrad, Amiga et consort), à la fac sous Mac,
parce que c'était comme ça, il n'y avait que des Macs. Je ne le regrette
pas. Mac (ou plutôt Apple) fait souvent de bons choix techniques. Sa
politique commerciale fait montre de bien moins de clairvoyance. Et
Microsoft en sait quelque chose : 

"Avant le lancement du Macintosh, plusieurs prototypes avaient été
donnés en 1983 à Bill Gates, co-fondateur et PDG de Microsoft, pour le
développement de logiciels pour le Macintosh. En 1985, Microsoft lance
Windows, son interface graphique pour IBM PC, qui utilisait de nombreux
éléments de Mac OS. Cela conduisit à une longue bataille judiciaire
entre Apple et Microsoft. Le résultat du jugement autorisa Microsoft à
copier tous les éléments qu'il voulait sur l'interface graphique du
Macintosh. C'est alors que, en étudiant le système des IBM PC, beaucoup
de sociétés purent fabriquer des Compatibles IBM PC. Bien que la
première version de Windows était technologiquement inférieure au
Macintosh, un clone PC pouvait être vendu bien moins cher."

"La version 1.0 de Windows, rudimentaire - les fenêtres ne peuvent pas
même s'y recouvrir - , n’inquiète pas sérieusement Apple, qui ne réagit
pas. La version 2.0 est une concurrence plus sérieuse, et Apple intente
un nouveau procès, cette fois-ci à Microsoft. Ce dernier use de tous les
moyens légaux pour faire traîner le procès en longueur, et finalement
Apple, en situation financière délicate, demande un règlement à
l’amiable en 1997.

Cet accord comprenait une prise de participation temporaire de Microsoft
dans le capital d’Apple (à hauteur de 150 millions de dollars soit 6 %
du capital de la pomme), et l’obligation pour Microsoft de développer
Explorer et Office pour Mac OS au moins jusqu’en 2002. En échange, Apple
abandonnait ses poursuites."

Au-delà des arrangements, les faits sont là : un vol pur & simple. Les
résultats aussi sont là !

Il faut bien le reconnaître : Microsoft a ce talent particulier de
toujours coller parfaitement au marché, ce qui n’a malheureusement rien
à voir avec la qualité de ses produits. 

Microsoft a acquis une remarquable aptitude à transformer des échecs
techniques en succès commerciaux. Si ses nouveaux logiciels sont souvent
catastrophiques, l’artillerie lourde du marketing arrive à les vendre
quand même, en attendant que les versions suivantes corrigent peu à
peu les bugs pour en faire des produits plus stables, éventuellement en
rachetant ou en copiant les produits souvent meilleurs de ses
concurrents. Microsoft a ainsi réussi la prouesse de faire considérer
les défauts de ses logiciels comme normaux, et la correction de ses
défauts comme des percées technologiques. Mieux : c’est le consommateur
qui paie le processus d’amélioration !

Ce n'est un secret pour personne que les programmes de Microsoft sont
souvent mal conçus. Dans certains cas, il est même difficile de faire
pire ! Cette médiocrité a une explication : l'entreprise n’est
absolument pas tendue vers l’excellence mais vers des impératifs
financiers.

Qu'on pense à la version de Windows 3.0 qui était pratiquement
inutilisable : il fallait tout le temps rebooter sa machine. Les
utilisateurs n'ont-ils pas dû acheter la version Windows 3.1 ? Et la
version bêta de Windows 98 ? Faire payer une version bêta inutilisable,
c’est quand même du jamais vu dans l’industrie du software !

On peut aussi regarder sous le même jour les insuffisances de l'OS de
Microsoft en matière de sécurité. J'ai récemment et pour la première
fois de ma vie sur l'un de mes machines installé XP dans une machine
virtuelle à partir de vmware server. Premier message : "votre système
n'est protégé par aucun antivirus etc." ! Incroyable ! Il est normal et
admis que le consommateur devra payer pour "patcher" son OS afin
d'assurer (tant bien que mal) la stabilité de sa location (licence) !
C'est un peu comme si on louait un appartement sans portes ni fenêtres,
juste avec les emplacements, les trous dans les murs, et que le
propriétaire vous imposait, pour éviter le pillage de vos biens et la
destructeur de son appartement, de mettre les pièces manquantes ! Tout
bonnement hallucinant !

Pourquoi faire cette installation, me diras-tu ? 
Tout bonnement parce qu'un éditeur de logiciels voulant accroître son
chiffre d’affaires a pris prend mes données en otage : les versions
précédentes de son application tournaient sous wine. La dernière, non.
Ce qui me contraint soit à installer Windows XP pour installer cette
nouvelle version (dépendante d'une autre application parente qui génère
les fichiers sur lesquels je travaille) et lire mes données… ou pour
simplement pour pouvoir continuer à échanger mes données ! 

La même mésaventure m'est arrivé il y a quelques jours avec des fichiers
Quark Xpress (logiciel de mise en page) : je ne peux récupérer aucun de
mes fichiers parce que la validité du n° de série de la version
installée sur mon vieux Mac a expiré ! Si je veux uniquement récupérer
mes fichiers (ou le seul contenu), je dois payer ! 

On pourrait parler longuement de l'organisation du système de fichiers
de Windows (et son merveilleux programme DeFrag qui vous fait prendre
des vessies pour des lanternes) et de l'extraordinaire bourrin qu'est
ScanDisk !

La puissance de la machine commerciale de Windows a réussi à réaliser
une telle distorsion de la réalité qu'on en arrive à faire croire que
des défauts très graves de certains logiciels sont des atouts
indispensables : « It's not a bug, it's a feature! » ( « ce n'est pas un
défaut, c'est une fonctionnalité »). 

Les spécialistes qui ont les connaissances nécessaires pour déjouer tous
ces pièges et mettre en évidence les erreurs, les dangers, les
manipulations se sont tus trop longtemps.

Il est inacceptable de voir la technologie ainsi pervertit par une
entreprise qui conçoit de mauvais produits, qu’elle fait payer cher à
des consommateurs qu’elle asservit, une société qui méprise autant ses
clients, piège ses concurrents et étouffe l’innovation. 

Est-il vraiment nécessaire de passer par le menu la saga juridique de
Microsoft ? Plaintes des États et concurrents ou partenaires floués ?
Faut-il parler des modifications sur les logiciels pour mettre hors jeu
les produits concurrents ? Les abus de position dominante de Microsoft
sur le marché des logiciels bureautiques, comme Office ? Et les contrats
léonins exclusifs des Dell, Compaq et autres IBM pour obtenir des
logiciels à des prix compétitifs de vendre des micro-ordinateurs
dépourvus du système d’exploitation Windows, ou munis d’un autre
navigateur qu’Internet Explorer ? Ce qui prive le client au final de
choix... 

J'adhère pleinement, comme beaucoup dans cette liste, à l'idéal de
Shuttleworth et au rêve de Di Cosmo d’un progrès technologique
accouchant d’un monde meilleur, plus libre, plus solidaire. Un monde qui
ne ressemble en rien à celui de Bill Gates. Je vomis le monde de Bill
Gates !

J'ai peur quand je vois combien de mes congénères (amis & collègues) se
laissent bercer par la voix douce du conformisme ambiant, et s'endorment
dans les bras de Microsoft en rêvant du monde joyeux où le grand
philanthrope (Big Bill) distribue à tous les écoliers de France et
d'ailleurs des copies presque gratuites de Windows dans le seul but de
les aider à rattraper leur retard technologique. Je les vois sourire
devant les écrans bleus pleins de messages rassurants qui expliquent
comment le programme machin à provoqué l'exception bidule dans le module
truc non pas par la faute de Windows, bien entendu, mais par celle du
programme. Ils dorment heureux sans se demander pourquoi un ordinateur
bien plus puissant que celui qui a servi à envoyer des hommes sur la
lune, et à les ramener vivants, n'est pas en mesure de manipuler
correctement un document d'une centaine de pages quand il est équipé par
ce Microsoft Office qui fait leur joie.

J'ai peur quand je sais combien d'élèves sortent et sortiront de notre
école publique en ne connaissant que Microsoft Office et arriveront sur
le marché du travail après que l'Éducation Nationale les ait formés
gracieusement sur et pour des intérêts privés. 

Regardons un peu au delà de l'asservissement et de la crétinisation
assurée par l'Éducation Nationale au profit de Microsoft, et voyons
l'impact sur l'éducation à travers les cours spécialisés d'informatique
« propriétaire » dont le coût se chiffre à quelques milliards d'euros,
juste en comptabilisant les revenus de la vente monopoliste de matériel
et logiciels propriétaires aux élèves et aux enseignants qui ne pourront
pas suivre certains cours sans utiliser ces matériels !


Je crois contrairement à toi qu'il faut entretenir son indignation et
veiller à ne pas laisser bercer par la publicité ou le fatalisme
ambiant. 
Et "vomir sa bill" en participe aussi.

Je ne reviendrai pas sur votre comparaison avec les partis politiques :
son simplisme fait froid dans le dos... Peut-être pourriez-vous l'éviter
en vous déconnectant de temps en temps des déversoirs de confiture à
cochons que sont les medias...

Bon, sur ce... @ +

Christophe.



Le mercredi 13 septembre 2006 à 02:03 +0200, Sun Wukong a écrit : 
> Le 12.09.2006 07:18,, le perspicace spear at laposte.net s'exprimait en
ces
> termes:
> > Jean-Claude Duponq a écrit :
> >> Il est peu courant de voir des articles polémiques dans cette
mailing 
> >> list, je partage, pour ma part l'avis de Christophe..
> >> Après la phase dual boot des première hésitations, cela fait
plusieurs 
> >> années que je tourne sous Linux (intégralement) et n'ai jamais 
> >> regretté mon choix...
> >>
> > Le but n'était pas la polémique, mais je trouvais que ça ressortait
dans 
> > le flot des mails.
> >> Ma compagne a refusé un ordinateur que mettait son employeur à sa 
> >> disposition parce qu'on lui imposait un windows ...
> 
> Bon, je vais donner mon avis puisqu'on est encore en démocratie et que
> Mat doit se sentir seul :-)
> 
> Vous l'aurez donc compris, je ne vois pas l'utilité de décrier M$ et
> Windaube à tout bout de champ, à chaque message dans cette liste de
> diffusion ou une autre.  Sentiment plus profond et personnel : ça me
> gonfle même de plus en plus.
> 
> Pourquoi ?  Parce que c'est complètement hors-sujet, AMHA.  On est
tous
> abonnés à cette liste parce que nous avons décidé d'avoir un pingouin
> sous le capot.  Et il n'y a pas cinquante mille raisons de choisir
> GNU/Linux.  ça tourne autour de Liberté, Égalité, Fraternité, Sécurité
> et pourquoi pas «Épargne-té» ;-).  C'est une philosophie, c'est une
> politique.  Et question politique, qu'ils soient de Gauche, de Droite,
> du Haut, du Bas ou d'ailleurs : les politiciens me saoûlent, me gavent
> dès qu'ils critiquent leurs adversaires : c'est inepte, débile et
> stérile ; qu'ils parlent de leurs programmes, comme quoi c'est leur
> choix est le bon, que le financement tient la route, etc ... Mais
> invariablement ils ne savent rabacher que des "oui mais toi t'es nul".
> Je ne m'étonne pas d'ailleurs plus que depuis que la Belle Vie est
> terminée (depuis le premier crach pétrolier) il n'y en a pas un qui
est
> brillament réussi à redresser la barre).  Mais c'est là un autre
sujet.
> 
> La compagne de l'un a refusé un PC sous Windows, c'est déjà qu'elle a
> pu, c'est pas donné à tout le monde.  Je connais plein de monde et moi
> en tête qui jusqu'ici a eu son beef-steak en bossant sous Windows.
> Honte ? Non pour sûr.  Envie que ça change ? Certes !!! D'ailleurs il
> n'y a pas toujours le choix entre Windows et autre chose.
> 
> En lisant des messages d'appels à l'aide pour un pb technique, j'ai
> parfois l'impression qu'il faut verser "sa haine" sur Windows pour
> gagner son ticket d'entrée dans un monde meilleur.  Mais non : c'est
pas
> la peine  : on accepte tout le monde, sans savoir d'où tu viens ni ce
> que tu as fais avant.  Comme la Légion.  On s'en fout du passer.  Si
tu
> es nouveau venu, tu peux l'indiquer pour avoir une réponse peut-être
> plus détaillée. Mais vomir sa bill (sa bile ! wahou ;-)) n'avance à
rien
> du tout.
> 
> Alors, Christophe oui ça me dérange que tu ne caches pas ta hargne
> envers M$ (sic), mais n'en soit pas pour autant infiniment désolé ;-)
On
> est tous libre, c'est pas beau ça ? :-D  Voilà, je voulais juste
> expliquer à mon tour "pourquoi on pouvait être agacé" par ce
leït-motiv
> ambiant, surtout à toi Christophe puisque tu as répondu, intéressé, à
> Mat.  Si tu changes d'avis tant mieux, sinon tant pis je ferais mieux
la
> prochaine fois ;-).
> 
> Quant à la question technique, j'ai posté un message (mais sous une
> autre identité/adresse et du coup je ne l'ai pas vu passé dans la
> liste).  Mais je disais que peut-être ton appli pro pouvait peut-être
> tourner sous Wine ? Ce qui t'éviterait d'installer ce #$£ù** de
Windaube
> ? ;-)
> 
> A bientôt
> SW
> 
> 






Plus d'informations sur la liste de diffusion ubuntu-fr